Rédaction UX : c’est quoi ? Pourquoi tout le monde en parle ?

La rédaction UX ? C’est quoi ce truc encore ?

Eh bien c’est très simple. Si je te dis « L’UX writing est la réponse à la problématique cruciale et universelle de l’émergence de l’user expérience dans la mise en place des plannings stratégiques. ». C’est clair ?  

Laisse-tomber. J’ai rien compris.

Ce n’est pas clair pour vous non plus ?

Normal, le message est mal formulé, compliqué, alambiqué. Ce qui crée des frictions qui nuisent à la réflexion.

Sur votre interface digitale, votre site web ou votre application mobile, il en va de même. Des points de frustrations s’immiscent tout au long du parcours d’achat et freinent vos utilisateurs.

Et c’est là que l’UX Content intervient.

En créant des messages fluides, clairs, harmonieux et attractifs, l’écriture UX permet de maintenir vos prospects jusqu’au bout du processus de conversion.

Comment ça marche ? D’où ça vient ? En quoi ça consiste ? A quoi ça sert ? Pourquoi est-ce si populaire ?

Je vous dis tout.

Rédaction UX : kézako ?

Après l’écriture SEO et le e-copywriting, place à la dernière-née des professions rédactionnelles du web.

J’ai nommé l’UX writing !

Une discipline au cœur de l’UX.

Une méthode de rédaction ayant pour but d’optimiser l’expérience utilisateur.

L’art de rédiger des contenus courts et impactants.

De la rédaction web user-centric.

L’UX design par les mots.

Voilà ce que pourrez lire en effectuant quelques recherches sur l’UX Writing dans votre moteur de recherche.

Dit en d’autres termes, la rédaction UX est l’excellence rédactionnelle qui rend votre interface désirable, intuitive et engageante.

Objectif ? Que la navigation sur votre support devienne un véritable plaisir.

Pour ce faire, l’UX rédacteur intervient à chaque étape du parcours utilisateur :

  • Pages de vente,
  • Landing pages,
  • Titres,
  • Sous titres,
  • Appels à l’action,
  • Formulaires d’inscription,
  • Messages d’erreur,
  • Mini-copies,
  • Descriptions,
  • Menus déroulants,
  • FAQ,
  • Guides,
  • Notifications,
  • Confirmations,
  • Libellés,
  • Articles,
  • Messages d’erreurs 404.

Chaque détail est minutieusement pensé en vue de diminuer la charge cognitive et de maximiser l’action et l’interaction.

A la façon de la papesse du rangement Marie Kondo, l’UX wording épure, clarifie, simplifie et fluidifie vos messages. Le tout en véhiculant la voix, les valeurs, la personnalité et le ton de la marque.

Il s’agit alors véritablement de comprendre, rassurer, guider, humaniser, accompagner et convaincre (en douceur) l’utilisateur.

En bref, prendre vos lecteurs par la main pour les emmener ou vous voulez qu’ils aillent.

Voyage au cœur de l’eXpérience utilisateur

Le terme est employé à toutes les sauces par les agences digitales, les marketeurs, les développeurs et autres designers.

Et ce depuis plusieurs années.

Et pourtant sa signification reste encore confuse.

Alors qu’est-ce que l’expérience utilisateur ? Une sensation ? Un frisson ? Une ivresse ? Une extase ?

Pas exactement mais l’idée est proche.

L’expérience UX renvoie aux perceptions émotionnelles qu’éprouve votre lecteur en naviguant sur vos pages.

Il s’agit en d’autres termes des pensées, des réactions et des comportements, conscients et inconscients ressentis par vos utilisateurs.

Plus les principes de l’UX sont présents dans vos pages, plus les perceptions sont positives, plus vos chances de conversion sont grandes.

Dans la famille UX, je demande le rédacteur UX

Bien-sûr, l’UX writing n’agit pas seul mais en symbiose avec les autres professions de l’UX.

Incontournable, l’UX design est le métier de l’UX le plus connu et répandu.

Raison pour laquelle UX writers et UX designers s’associent sur de nombreux projets.

Ensemble, ils créent la rencontre des mots et des signaux visuels indispensables à l’émergence d’une expérience positive.

Texte, couleurs, contrastes, mise en page, pictogrammes, hiérarchie visuelle, ergonomie et appels à l’action : tout est réfléchi, analysé, testé, ajusté et amélioré en permanence.   

Objectifs ? Créer des outils numériques toujours plus harmonieux, cohérents et engageants pour l’usager.

In fine, le tandem UX designer / UX writer est au digital ce que le duo concepteur-rédacteur / directeur artistique est à la publicité.

Sur des projets de grande envergure, d’autres praticiens de l’UX (ou non) s’invitent dans la partie. Bonjour l’UX researcher, l’UX manager, l’UX architect, l’UX strategist, le head of UX. Mais aussi le développeur, l’ergonome, l’UI designer, le data analyst, l’expert SEO ou le spécialiste design thinking.

En bref : que du beau monde mobilisé pour atteindre le top de l’efficacité digitale.

La rédaction UX est née chez Google, tout un symbole  

Il fut un temps où le contenu web était produit au kilo.

C’était l’ère des textes bons marchés bourrés de mots clés.

Les marques pensaient qu’il suffisait d’éditer des articles sur-optimisés pour émerger dans les moteurs de recherche.

C’était du moins ce que les experts du SEO à la papa leur avaient conseillé de faire.

Pratiques Black Hat et keyword stuffing avaient de beaux jours devant eux.

Et puis un beau jour patatras : les pénalités sont tombées.

Nous sommes en 2012 lorsque Google sonne (enfin !) la fin de la récréation. Les algorithmes Panda et Pingouin arrivent en renfort pour remettre de l’ordre dans l’immense fourre-tout du web.

Depuis que s’est-il passé ?

De nombreux sites ont vu leur place dégringoler dans les moteurs de recherche et le contenu reprend peu à peu ses titres de noblesses.

Un signal fort a été envoyé par Google himself lorsqu’il a créé la fonction d’UX writer en 2005.

Les volontés du maître du jeu sont maintenant claires : l’UX Content est l’avenir.

Il ne s’agit plus de créer du contenu pour les moteurs de recherches mais bien de créer du contenu pertinent et utile pour vos lecteurs, vos clients, vos utilisateurs. Et point.

La revanche du contenu (enfin !) 

Longtemps considéré comme le parent pauvre du web, le contenu web est (enfin !) en passe de retrouver l’importance qui lui est due.

Les mots n’interviennent plus à la fin de la conception du site mais bien au début.

Comme dans la publicité créative, le message devient le point de départ et le texte est pensé en amont et en aval, au terme d’un véritable processus d’analyse et de recherche.

Mon premier commandement : d’abord les mots, ensuite le visuel

George Lois (publicitaire)

Résultat ?

L’heure de gloire de la rédaction web à l’ancienne touche (enfin !) à sa fin.

On ne parle d’ailleurs plus de SEO (oh le vilain gros mot !) mais de SXO (Comprendre rédaction UX + SEO).

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les géants de la tech américaine placent l’UX writing au cœur de leur stratégie de contenu.

Citons le cas d’Apple, Slack, Amazon, Spotify, Dropbox, Mailchimp ou Paypal. Mais pas que.

De plus en plus, la rédaction UX est l’apanage des starts-ups, TPE et PME du web qui ont compris l’importance des mots dans le potentiel de transformation des entreprises.

Il était temps !

Quelles sont les caractéristiques de la rédaction UX ?

On confond souvent UX writing et copywriting.

Et à raison. Car les deux disciplines ont de nombreux points communs. A commencer par le focus sur les besoins des utilisateurs.

A tel point que de nombreux concepteurs-rédacteurs enfilent aussi une casquette de rédacteur d’expérience utilisateur.  

Pourtant le style de l’écriture UX demeure à part, car visuellement identifiable grâce aux éléments suivants :

1/ Des textes courts et percutants

Exit les longues pages de vente à rallonge. Vive le minimalisme rédactionnel.

2/ Une clarté irréprochable

Ça va de soi.

3/ Une identité éditoriale bien marquée

Selon votre charte éditoriale, le tone of voice est professionnel, convivial, formel, informatif, humoristique, disruptif, scientifique, pédagogue, amical, etc.

4/ Une précision extrême

Votre lecteur doit comprendre votre offre même en lisant votre site en diagonale,

5/ Le fond et la forme en parfait équilibre

Le poids des mots, le choc des images.

6/ Des formulations actives  

L’internaute est au cœur de l’action.

Rédaction UX : quels bénéfices pour votre entreprise ?

  • Rendre la navigation intuitive,
  • Fluidifier votre parcours de conversion,
  • Améliorer le confort d’usage,
  • Réduire la charge informationnelle,
  • Réussir votre première impression sur le web,
  • Favoriser l’attractivité des interfaces,
  • Sublimer votre image de marque,
  • Diminuer votre taux de rebond.

OK me direz vous mais pourquoi faire ?

Et bien tout simplement pour rendre vos utilisateurs enclins à poursuivre leur navigation sur vos pages. Et plus si affinités

En concentrant vos efforts sur les besoins et les attentes des utilisateurs, vous favorisez des états émotionnels positifs qui sont à l’origine de l’étincelle attendue. Celle qui vous permet de convertir vos utilisateurs en lecteurs, abonnés et/ou mieux : en clients.   

Autant de bonnes raisons d’inscrire votre projet dans une démarche UX

Une amélioration sans fin pour un résultat sans égal

Comme nous l’avons vu dans cet article l’écriture UX va de pair avec le principe du Test and Learn.

Chaque action est menée de front avec le design UX et l’ergonomie.

L’idée ? Ecrire, analyser, améliorer, ajuster, reformuler, tester, réécrire et ainsi de suite jusqu’à atteindre l’objectif visé.

Pour y parvenir, A/B testing, tests utilisateurs, enquêtes et sondages sont vos meilleurs alliés.

On apprend ainsi qu’en remplaçant un simple CTA « réservez une chambre » par « vérifiez la disponibilité », Google a augmenté son taux de clic de 17%.

Et des exemples comme cela, il y en a plein.

En travaillant sur un simple intitulé de newsletter, je suis parvenue à un résultat au-delà de toute espérance pour un client. L’objectif, vous l’avez compris est de viser à la perfection qui mène au but ultime : l’optimisation de vos taux de conversion.

Envie de passer sans attendre à l’UX writing ? Parlons-en.

Share this article